Association

A

Patrimoine culturel immatériel et patrimoine bâti :

L’ère industrielle dans laquelle nous vivons voue à la disparition la majorité des savoir-faire manuels artisanaux. Ils font pourtant, partie de notre histoire, de notre culture et représentent un patrimoine à part entière. La restauration du patrimoine, par ailleurs, peut-elle se contenter de restituer des volumes, des représentations, des apparences, en les vidant de leur réelle texture matérielle et de leur substance humaine ? A

Une gestuelle atemporelle et universelle :

Si les techniques que nous utilisons trouvent leurs racines dans un passé lointain, il ne faut pas oublier qu ‘elles ont été utilisées en France jusque dans les années 1950 et qu’elles le sont encore dans certaines localités, ce qui représente une longévité et une universalité remarquable. A

De l’arbre à l’ouvrage :

Par ailleurs, ces techniques impliquent un lien intime avec la ressource. Notre sujet débute donc débute en forêt ou dans la haie.
A

Une démarche contemporaine :

Notre approche permet de mieux appréhender le bâti ancien et sa restauration, mais aussi de proposer une autre approche du bois dans la construction  contemporaine en interrogeant nos modes constructifs, la place de l’individu comme constructeur ou habitant, les enjeux liés à une filière bois locale. A

Outillage :

Dans le contexte pré-industriel, l’outillage de base est commun à la charpente, la charpente marine, ou l’artisanat du bois en général : haches, scies, tarières, ciseaux, bisaigües, rabots …
IMG_7148 P1130064 IMG_7145

A

Equarrissage et sciage de long :

L’équarrissage et le sciage de long  sont les savoir-faire principaux permettant la transformation de la matière première brute en bois d’œuvre. Par ailleurs, la connaissance de l’arbre est essentielle. C’est en respectant au mieux cet esprit que nous menons nos actions, sans pour autant dénigrer toute mécanisation, ni cultiver un idéal passéiste. + vidéos A

Procédés contemporains :

Le travail manuel est le fondement de notre démarche, cependant d’autres considérations nous apparaissent comme essentielles :
– valorisation des bois locaux et d’une certaine filière bois
– bilan carbone le plus réduit possible pour nos actions
– tarifs de nos prestations « démocratiques »
 A
C’est pourquoi nous avons souvent recours, en plus d’une partie manuelle du travail et du rendu inhérent, à des procédés de transformation mécanisés, comme la tronçonneuse, ou l’achat de bois sciés dans des scieries locales ou auprès de scieurs mobiles.
 A
Le choix des techniques et du rendu se fera au croisement des facteurs suivants :
– enjeux esthétiques / historiques
– budget
– temps imparti au projet
– ressource disponible

A


présentation et statuts

A

Créée en 2010 en Isère par une petite dizaine de personnes,  des Hommes & des Arbres est transférée à Rennes en 2011 et devient, dès lors, réellement effective.

L’association est régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Elle a pour but de :

I. Participer à la sauvegarde ou à la redécouverte des savoir-faire manuels traditionnels (« patrimoine geste ») liés au travail du bois. (cf. UNESCO, convention 2003, relative au Patrimoine Culturel Immatériel). II. Placer le respect de l’environnement au centre des actions de l’association. III. S’inscrire dans le mouvement de l’éducation populaire en ouvrant ses actions au public et en favorisant une pédagogie participative.

A

équipe

A

Membres du bureau :

– Membre du conseil d’administration et co – fondateur : François Beau (charpentier et chargé de projets)

– Mélanie Mermod : présidente

– Hélène-Marie Hurel : vice-présidente

– Antoine Maussion : trésorier

– Corentin Olivier : secrétaire

A

Sans oublier la contribution des membres actifs :

Matthieu Charpentier, Maxime Lecoq, etc.

A

actions

A

La recherche :

– Théoriques – Tracéologiques – De témoignages – D’outils

La pratique et les échanges :

– Pratique concrète à travers différents projets – Échanges avec d’autres artisans / chercheurs impliqués dans une démarche similaire – Comparaisons avec des pratiques encore en usage dans d’autres pays

Une démarche pédagogique :

– Ateliers – Formations – Interventions – Projets participatifs – Chantiers internationaux de volontaires

A

A

A